Maville.com  par  Ouest-France

Football : Encore du rififi entre Barthez et Payet

    photo après sen être pris verbalement à dimitri payet, fabien barthez est monté dun cran hier après-midi.
    Après s<¤>en être pris verbalement à Dimitri Payet, Fabien Barthez est monté d<¤>un cran hier après-midi.

    Le gardien de but, qui évoluait dans le champ à l'entraînement, a sévèrement taclé le Réunionnais. Celui-ci ne l'a, logiquement, pas accepté.

    La séance de l'après-midi touchait à sa fin. Une opposition sur un terrain réduit qui, jusqu'alors, s'était bien passée. Jusqu'à cette dernière action. Quand Fabien Barthez qui évoluait dans le champ, a manifestement mis un point d'honneur à ne pas laisser Dimitri Payet, envers lequel il a, récemment, eu des mots très durs, s'échapper. Pris de vitesse, l'ex champion du monde vigoureusement taclé le Réunionnais par derrière. Fort heureusement, il n'a pas totalement attrapé le pied du feu follet nantais, qui, autrement, aurait pu en être quitte pour une vilaine blessure. Ulcéré par cette faute, Dimitri Payet prit alors à témoin Michel Der Zakarian. Mais l'entraîneur nantais passa outre, intimant à certains « d'arrêter de jouer les pleureuses ». Peut-être la phrase de trop. A peine la fin de l'entraînement sifflée, Payet tourna les talons pour quitter le terrain d'un pas énergique et se réfugier dans le vestiaire de la réserve, alors que Barthez, à la cantonade, balançait un « on s'est bien amusé ». Une scène qui se déroula sous les yeux de Rudi Roussillon, tout juste arrivé à la Jonelière. Quelques minutes passèrent, puis Michel Der Zakarian alla retrouver Dimitri Payet pour lui parler. On ignore la nature des propos du coach, mais Payet finit par rejoindre le groupe pro dans son vestiaire, après avoir glissé, très amer : « si j'avais été blessé, c'était pareil ». Un incident de plus au palmarès nantais de Fabien Barthez qui, mardi dernier, à la veille de Marseille - Nantes, s'était ostensiblement effacé au moment où Nicolas Savinaud, avec lequel les relations sont pour le moins glaciales, s'élançait pour frapper son tir au but.

    Censé jouer les fédérateurs, l'ex champion du monde semble avoir perdu de vue cette dimension de sa mission. Regrettable, à un moment où le groupe pourrait, sous le coup de la tension et de la déception « exploser ». « C'est toujours un risque », reconnaissait ainsi Julio Rossi, à l'issue de la séance matinale, après que Claudiu Keserü eut expliqué que l'ambiance était « un peu tendue ». Un peu oui.

    P.-Y. A.

    • Cubilier absent, Diallo et Zaïri malades. Victimes d'une gastro-entérite, Mamadou Diallo et Jaouad Zaïri ne se sont pas entraînés hier matin. Ils étaient en revanche présents l'après-midi, même s'ils se sont contentés d'un footing. Eric Cubilier, en revanche, n'a participé à aucune des deux séances.

    • 33 000 spectateurs attendus. Le derby Nantes - Rennes fera encore recette samedi soir. Ce sera, au passage, l'occasion, pour les spectateurs, de découvrir les nouvelles installations (écrans géants, sono) adaptées à la Coupe du monde de rugby. Réservations des billets dans les Espaces Culturels E. Leclerc et à la Planète FC Nantes. Prix des places : 10, 20 et 30 € (tarifs majorés de 3 € aux guichets). Pas de places « famille » pour ce match.

    • Vainqueur en Bleu. William Vainqueur était retenu dans l'équipe de France 19 ans qui a dominé le Congo (4-0) à Bourgoin-Jailleu. Un match qui s'inscrit dans la préparation du Tour Elite Euro 2007.

    • Précision. Suite au dossier que nous avons consacré aux partenaires du FC Nantes (Ouest-France, mardi 24 avril) Régis Faour, responsable communication du groupe Paprec recyclage, tient à préciser : « nous avons toujours entretenu des rapports courtois et réguliers avec le FC Nantes. Comme tous les sponsors, nous sommes dans l'attente de la fin de saison pour connaître le devenir du club. Quoi qu'il en soit, le groupe Paprec reste fidèle à une valeur qui est la sienne : l'esprit d'équipe. »

     
    Ouest-France  
    Retour en haut