Maville.com  par  Ouest-France
Accueil Info Info en continu Un quartier se mobilise pour sauver « la maison de la sorcière », une villa laissée à l’abandon

Un quartier se mobilise pour sauver « la maison de la sorcière », une villa laissée à l’abandon

...
photo  à poitiers (vienne), un quartier se mobilise depuis février 2023 pour rénover une villa laissée à l’abandon au milieu d’un parc municipal. 1

À Poitiers (Vienne), un quartier se mobilise depuis février 2023 pour rénover une villa laissée à l’abandon au milieu d’un parc municipal. © Association La villa des Prés-Mignons

À Poitiers (Vienne), des habitants ont fondé l’association La villa des Prés-Mignons pour rénover une demeure de 600 m2 qui appartient à la Ville. Mais depuis 1994, elle est abandonnée et est totalement inutilisée. Avec un budget très restreint et leur seule motivation, les volontaires espèrent pouvoir la restaurer et permettre au public de l’utiliser dans le futur.

C’est une villa de 1882 qui fascine autant les enfants que les adultes à Poitiers (Vienne). Bâtie au milieu d’un parc, la demeure est murée après avoir été squattée et détériorée. Un patrimoine local qui perdait peu à peu ses lettres de noblesse sous les yeux impuissants des habitants du quartier. Depuis début 2023, ils ont décidé de s’unir pour la sauver et ont créé l’association La villa des Prés-Mignons. « Je l’ai toujours connue fermée », regrette Amélie, une des membres. « Les enfants l’appellent 'la maison de la sorcière'. Quand nous avons organisé Halloween au pied de la villa, nous n’avons jamais eu autant de monde », s’amuse Cyrielle, la secrétaire de l’association.

L’imposante bâtisse de 600 m2 appartenait à une « grande famille » de Poitiers qui l’utilisait au départ pour organiser des réceptions. « Des successeurs ont ensuite vécu dedans et l’ont rendue à la municipalité en 1984 », détaille Cyrielle qui exerce en tant qu’architecte. Si le parc est devenu municipal, la maison n’a jamais été utilisée. En juillet 2022, après des négociations avec la mairie, les habitants arrivent à visiter pour la première fois la villa. « Elle avait été murée. Elle avait été squattée et des jeunes y avaient même mis le feu », nous indique la secrétaire de l’association.

« Il nous faudrait plus d’un million d’euros »

Quand la porte s’est ouverte, les habitants du quartier ont découvert qu’une partie des « planchers s’étaient effondrés ». Juste derrière la porte d’entrée, les lames de bois avaient même cédé. « Il y avait des gravats partout ! Mais, il n’y avait aucune fissure et la toiture avait été refaite », nous décrit l’architecte de profession. Quelques objets avaient été abandonnés à l’intérieur. Les membres de l’association ont découvert « une baignoire, des puzzles, des journaux, des médicaments, des bassines. » Mais pas de trésor. « Si ! J’ai trouvé une pièce de 20 centimes de francs dans la cave », rigole-t-elle.

Mais cette petite pièce ne suffira pas pour financer les colossaux travaux. « Notre budget est de 15 000 € alors qu’il nous faudrait plus d’un million d’euros », reconnaît Cyrielle. L’association a obtenu quelques subventions. Elle peut aussi compter sur le soutien d’entreprises qui lui ont fait des dons. Les habitants du quartier se débrouillent surtout comme ils peuvent dans un premier temps. Ils apportent par exemple leurs propres matériels. « Nous avons tous les corps de métiers chez les adhérents : des menuisiers, des plombiers, des charpentiers, des peintres. Nous avons aussi des adolescents qui sont venus déblayer avec nous. »

« Nous ne savons pas quand le chantier sera terminé »

Car la priorité est de « faire place nette » en retirant les gravats, le verre et le bois qui encombrent la maison composée d’une cave, de deux niveaux et de combles. Le chantier a débuté après les fêtes de fin d’année, rapporte France 3 Nouvelle-Aquitaine « Nous avons déjà enlevé près de 10 000 kg de gravats, 1 000 kg de bois et trois remorques de verre », nous liste Cyrielle. Ensuite, il faudra renforcer les planchers. « La maison est composée de pièces entre 30 et 50 m2. Nous ne devrions donc pas toucher à la structure intérieure. Ce sont surtout des murs porteurs. » Autre précaution : ne pas déranger les chauves-souris, espèce protégée, qui sont en train d’hiberner dans la cave de la villa.

Depuis janvier 2024, l’association a établi un planning entre la centaine d’adhérents qui souhaitent participer au chantier. « Nous ne savons pas quand le chantier sera terminé. Nous ne voulons pas nous mettre de pression », explique la secrétaire de La villa des Prés-Mignons. L’association espère aussi être rejointe par un CFA du secteur et des professionnels du BTP dans cette aventure. À terme, la villa pourra accueillir les associations du quartier, des expositions, des ateliers, des classes.

 
Florence MALLÉGOL/NG    Ouest-France  

  • merci d'indiquer un nom de film
    merci d'indiquer un titre'
    • Choisir un resto :
    merci d'indiquer un nom de restaurant

    merci de saisir l'adresse du restaurant
    merci de saisir la ville du restaurant

    • Choisir un bar :
    merci d'indiquer un nom de bar

    merci de saisir l'adresse du bar
    merci de saisir la ville du bar

    merci d'indiquer un titre à votre avis
  •  
  • merci d'indiquer un contenu à votre avis
    merci de saisir une note
    L'accueil / la qualité du service
    merci d'indiquer une note pour l'accueil

    L'ambiance / le décor

    merci d'indiquer une note pour l'ambiance

    Le rapport qualité / prix

    merci d'indiquer une note pour le prix
  • Vos données personnelles font l’objet d’un traitement informatique par la société Additi Multimedia, sur le fondement de l'exécution d'un contrat et sont utilisées notamment pour prendre en compte, modérer et répondre à vos commentaires sur les contenus mis en ligne sur le site. Elles seront conservées conformément à notre politique de données personnelles, sauf dispositions légales particulières. Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’opposition, de limitation et de portabilité, en vous adressant directement à pdp@sipa.ouest-france.fr ou par courrier à "Délégué à la Protection des Données Personnelles SIPA Additi Multimedia - ZI Rennes Sud-Est,– 10 rue du Breil – 35051 Rennes cedex 9". Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. En savoir plus
Newsletter maville

Abonnez-vous à la newsletter - Nantes

Votre e-mail, avec votre consentement, est utilisé par la société Additi Multimedia pour recevoir les newsletters sélectionnées. En savoir plus

Exprimez-vous !

Débat : La suppression du permis de conduire pour les personnes âgées, bonne ou mauvaise idée ? 242
Réagir

L'info en continu

Quiz et jeux

Retour en haut