Maville.com  par  Ouest-France
Accueil Info En France et dans le Monde Projet pétrolier de forages en Gironde : cette nouvelle bataille climatique expliquée en cinq actes

Projet pétrolier de forages en Gironde : cette nouvelle bataille climatique expliquée en cinq actes

...
photo  la compagnie pétrolière canadienne vermilion energy exploite aussi des sites de forage à andrezel, à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de paris, le 31 août 2017. photo d’illustration. 3

La compagnie pétrolière canadienne Vermilion Energy exploite aussi des sites de forage à Andrezel, à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de Paris, le 31 août 2017. Photo d’illustration. © CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Alors que l’exploitation du pétrole doit s’arrêter progressivement en France d’ici 2040, le gouvernement se dit favorable à huit nouveaux forages pétroliers en Gironde. De quoi faire bondir riverains et ONG qui dénoncent un projet à rebours de la transition écologique. On vous explique tout sur cette nouvelle bataille climatique.

Un projet contesté de forage pétrolier à La Teste-de-Buch, près d’Arcachon (Gironde) fait l’objet d’un mouvement de contestation qui se fait de plus en plus entendre, notamment avec le renfort de Greta Thunberg, qui a manifesté contre le projet à Bordeaux dimanche 11 février 2024. Le renfort aussi des scientifiques qui dénoncent une aberration écologique et pointe l’incohérence politique du gouvernement qui prévoit l’arrêt progressif de l’exploitation du pétrole en France d’ici 2040.

On fait le point sur cette nouvelle bataille climatique à La Teste-de-Buch, où les riverains n’ont rien oublié du mégafeu qui a détruit 7 000 hectares de résineux en juillet 2022. Un drame devenu un symbole du réchauffement climatique en France.

1. Un projet contesté

Au cœur de la polémique : huit nouveaux puits de pétrole qui doivent être forés dans le bassin d’Arcachon sur la concession de Cazaux, dont est titulaire le groupe canadien Vermilion. La concession s’étend sur près de 55 km² sur une partie du territoire des communes de Gujan-Mestras et de La Teste-de-Buch, et sur laquelle 94 puits ont déjà été forés depuis 1959. Actuellement, une cinquantaine de puits sont en activité sur le site de Cazaux, avec une production estimée à 1 500 barils/jour.

Comme l’autoroute A69 Toulouse-Castres, le projet de forage pétrolier mécontente les défenseurs de l’environnement. « La sortie des énergies fossiles doit commencer maintenant en refusant ce projet », a réclamé Natalie Hervé, porte-parole du collectif Stop Pétrole Bassin d’Arcachon, qui a organisé une manifestation dimanche, qualifiant ces forages de « mauvais signal » pour les ambitions environnementales de la France.

photo la militante écologiste suédoise greta thunberg participe à une manifestation à bordeaux, dans le sud-ouest de la france, le 11 février 2024, contre le projet de forage de huit nouveaux puits de pétrole dans la forêt de la teste-de-buch.  ©  thibaud moritz / afp

La militante écologiste suédoise Greta Thunberg participe à une manifestation à Bordeaux, dans le sud-ouest de la France, le 11 février 2024, contre le projet de forage de huit nouveaux puits de pétrole dans la forêt de La Teste-de-Buch. THIBAUD MORITZ / AFP

2. Le gouvernement y est favorable

Le gouvernement se dit favorable au projet, pour lequel il a donné son accord en 2010 pour prolonger de 25 ans la validité de la concession de Cazaux. Le décret ministériel permet ainsi au groupe Vermilion de continuer l’exploitation commerciale de la ressource jusqu’au 1er janvier 2035.

Début décembre, le ministre de la Transition écologique Christophe Béchu avait jugé que, tant que la France avait besoin de pétrole, il n’était « pas plus mal qu’il vienne d’ici plutôt que de le faire venir du bout du monde ».

« Je suis pour » le feu vert de l’État à ce forage, « pour une simple et bonne raison : c’est qu’on l’a voté », a par ailleurs répété le ministre délégué à l’Énergie, Roland Lescure, ce dimanche sur France 3. Il a rappelé qu’avait été votée en 2017 une loi prévoyant « la fin totale de l’extraction de pétrole d’ici 2040 en France », « premier pays » à se doter d’une telle législation. « Ça veut dire que d’ici 2040, on va continuer à extraire un peu de pétrole en France », mais « pas beaucoup », a défendu le ministre.

3. Ce que disent les scientifiques

Des scientifiques se sont mêlés aux opposants au projet de forage, à l’instar du paléoclimatologue Jean Jouzel et du climatologue Christophe Cassou, ce dernier dénonçant « une folie emblématique de la bifurcation impossible ».

« Les émissions cumulées de CO2 prévues pour la durée de vie des infrastructures fossiles existantes et actuellement planifiées, sans réduction supplémentaire, dépassent les émissions cumulées nettes de CO2 pour limiter le réchauffement à 1,5 °C », rappelle-t-il sur X. « Aujourd’hui, continuer à financer les énergies fossiles acte des risques qui nous rapprochent des limites de l’habitabilité pour toutes et tous, de l’adaptation aux changements climatiques, de l’irréversibilité. Au-delà de la symbolique, autoriser de nouveaux puits serait criminel, » tance-t-il.

Dans une tribune publiée par Le Monde, des scientifiques ont aussi dénoncé un projet « en contradiction totale avec la politique affichée par le gouvernement ».

4. Le pétrolier derrière ces forages

Le groupe canadien Vermilion Energy, titulaire jusqu’au 1er janvier 2035 d’une concession exploitée depuis les années 1960, à La Teste-de-Buch, à côté d’Arcachon, prévoit d’y forer huit nouveaux puits pour « atteindre des réserves pétrolières jusque-là non exploitées » sur le site de Cazaux.

Selon le groupe Vermilion, il est le « premier producteur de pétrole à terre en France », et « fournit près de 1 % de la consommation du pays ».

Depuis 1997, date de la création de sa filiale française, Vermillion affirme avoir investi plus d’1,2 milliard d’euros en France (forages, travaux, acquisitions). Vermillion exploite plus de 450 puits actifs, dont une centaine forée par le groupe. Au total, la production totale en France s’élèverait à 8 000 barils / jour, soit 70 % de la production nationale, selon le groupe.

photo le 9 décembre 2023 à la teste-de-buch, dans le sud-ouest de la france, un forage pétrolier actif appartenant à la société canadienne vermilion dans la forêt de cazaux.  ©  thibaud moritz / afp

Le 9 décembre 2023 à La Teste-de-Buch, dans le sud-ouest de la France, un forage pétrolier actif appartenant à la société canadienne Vermilion dans la forêt de Cazaux. THIBAUD MORITZ / AFP

5. Ce que dit l’enquête publique qui a donné son feu vert

Ce projet contesté de forage pétrolier a reçu le 20 novembre 2023 un avis favorable à l’issue d’une enquête publique, permettant au préfet de la Gironde de prendre un arrêté d’autorisation ou de refus de ces huit nouveaux puits. La commissaire enquêtrice a estimé que « la production de pétrole français, soumis à une réglementation environnementale contraignante et à de nombreux contrôles, semble préférable à court et moyen termes dans la mesure où l’on ne peut aujourd’hui se passer totalement des énergies fossiles ».

Bien qu’elle reconnaisse les « inquiétudes légitimes du public » face au réchauffement climatique, qui ont été « certainement exacerbées suite aux incendies de l’été 2022 qui ont très fortement touché la forêt environnante », la commissaire enquêtrice a notamment argué que « le pétrole qui ne serait pas produit en France, serait certainement importé avec un coût environnemental bien plus élevé ». Ella a également considéré que « l’arrêt de cette production ne permettrait pas de réduire significativement les émissions de GES liées aux consommations d’énergies fossiles ».

L’instruction est désormais menée par la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) et le projet sera ensuite soumis à un comité départemental, chargé de donner un avis au printemps, rapporte l’AFP. Après quoi il appartiendra au préfet de la Gironde de trancher.

En cas d’autorisation, les opposants laissent entendre qu’ils saisiront le tribunal administratif.

 
Lise OUANGARI    Ouest-France  

  • merci d'indiquer un nom de film
    merci d'indiquer un titre'
    • Choisir un resto :
    merci d'indiquer un nom de restaurant

    merci de saisir l'adresse du restaurant
    merci de saisir la ville du restaurant

    • Choisir un bar :
    merci d'indiquer un nom de bar

    merci de saisir l'adresse du bar
    merci de saisir la ville du bar

    merci d'indiquer un titre à votre avis
  •  
  • merci d'indiquer un contenu à votre avis
    merci de saisir une note
    L'accueil / la qualité du service
    merci d'indiquer une note pour l'accueil

    L'ambiance / le décor

    merci d'indiquer une note pour l'ambiance

    Le rapport qualité / prix

    merci d'indiquer une note pour le prix
  • Vos données personnelles font l’objet d’un traitement informatique par la société Additi Multimedia, sur le fondement de l'exécution d'un contrat et sont utilisées notamment pour prendre en compte, modérer et répondre à vos commentaires sur les contenus mis en ligne sur le site. Elles seront conservées conformément à notre politique de données personnelles, sauf dispositions légales particulières. Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’opposition, de limitation et de portabilité, en vous adressant directement à pdp@sipa.ouest-france.fr ou par courrier à "Délégué à la Protection des Données Personnelles SIPA Additi Multimedia - ZI Rennes Sud-Est,– 10 rue du Breil – 35051 Rennes cedex 9". Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. En savoir plus
Newsletter maville

Abonnez-vous à la newsletter - Nantes

Votre e-mail, avec votre consentement, est utilisé par la société Additi Multimedia pour recevoir les newsletters sélectionnées. En savoir plus

Exprimez-vous !

Débat : La suppression du permis de conduire pour les personnes âgées, bonne ou mauvaise idée ? 242
Réagir

L'info en continu

Quiz et jeux

Retour en haut