Maville.com  par  Ouest-France
Accueil Info Info en continu Bronchiolite : en Vendée, « les lits des urgences pédiatriques sont pleins »

Bronchiolite : en Vendée, « les lits des urgences pédiatriques sont pleins »

...
photo  élodie netier-hérault est cadre de santé au centre hospitalier départemental et au centre hospitalier côte de lumière. 2

Élodie Netier-Hérault est cadre de santé au Centre hospitalier départemental et au centre hospitalier Côte de Lumière. © Photo fournie par le CHD

La consultation pour bronchiolite est très élevée en Vendée : le taux de passage aux urgences pédiatriques pour les bébés de moins de deux ans figure parmi les plus élevés de France. Avec des hospitalisations en hausse, le personnel est fortement sollicité.

La Vendée est en noir sur la carte du point épidémique hebdomadaire de Santé publique France. Publiée mercredi 29 novembre, elle confirme ce que les soignants observent dans les consultations depuis trois semaines : avec 2 837 cas de bronchiolite pour 10 000 passages aux urgences d’enfants de moins de deux ans, le département est fortement touché par cette infection respiratoire des petites bronches, due à un virus respiratoire très contagieux, avec un pic généralement observé durant le mois de décembre.

La situation de la Vendée n’est pas isolée : dans les Pays de la Loire, la Loire-Atlantique recense ainsi de son côté 2 700 cas pour 10 000 passages aux urgences d’enfants de moins de deux ans. Les autres départements sont également fortement concernés.

Cadre de santé au Centre hospitalier départemental et au Centre hospitalier Côte de Lumière (Les Sables-d’Olonne), Élodie Netier-Hérault fait le point sur la situation.

photo sur la carte établie par ouest-france d’après les données de santé publique france, la vendée apparaît parmi les départements les plus touchés.  ©  ouest-france

Sur la carte établie par Ouest-France d’après les données de Santé publique France, la Vendée apparaît parmi les départements les plus touchés. Ouest-France

En quoi le contexte est-il exceptionnel ?

À La Roche-sur-Yon, les urgences pédiatriques reçoivent habituellement 35 à 40 patients par jour. Ces dernières semaines, on grimpe à 55 voire 60 patients au quotidien. C’est un chiffre qui est moins élevé que ce qui était enregistré l’année dernière à la même période. Mais, cette année, avec beaucoup d’enfants dont l’état nécessite une hospitalisation de quelques jours, les lits des urgences pédiatriques sont pleins et le personnel fortement sollicité.

Quand vous dites que tous les lits sont pleins, qu’est-ce que cela signifie ?

On peut heureusement compter sur la solidarité entre services et sur l’arrivée de renforts. Des transferts sont possibles vers le centre hospitalier de Fontenay-le-Comte et vers le centre hospitalier Côte de lumière. On veille à ce que ces hospitalisations se fassent au plus près de la commune d’habitation des parents. Pour les bébés de moins d’un mois, on peut également compter sur les lits disponibles en néonatalogie.

Les soins nécessitent beaucoup de précautions de la part des personnels ?

Oui, et je crois qu’on peut saluer ici leur investissement dans cette période, qu’il s’agisse des pédiatres ou des infirmières puéricultrices. C’est fatigant parce que le service ne désemplit pas et parce que la quantité de soins à faire est plus importante. Ils sont prodigués en lien avec les parents, car il est essentiel qu’ils soient associés et puissent apprendre les gestes qui permettent de soulager l’enfant. Cela veut dire le moucher régulièrement et désencombrer ses voies respiratoires à l’aide d’une pipette de sérum physiologique.

Lire aussi : Bronchiolite : le traitement préventif victime de son succès, les livraisons suspendues

Le traitement préventif a-t-il pu être administré en quantités suffisantes ?

Le Beyfortus, un nouveau traitement préventif de la bronchiolite des bébés, a été mis à disposition de la maternité. Il y a eu quelques difficultés d’approvisionnement dues à une forte demande mais elles ont été rapidement résolues. On observe une très bonne adhésion de la part des parents, qui le plus souvent acceptent l’injection. Il est trop tôt pour avoir une analyse fine de la protection, mais il nous semble déjà que les bébés qui ont bénéficié du traitement sont effectivement peu touchés.

Quels sont les gestes de prévention à privilégier ?

La bronchiolite est un virus très répandu et très contagieux. Il est donc essentiel de respecter les gestes barrières (lavage des mains, port d’un masque en cas de rhume, toux ou fièvre…) face aux plus petits. En cas de doute, il ne faut pas se présenter aux urgences pédiatriques directement mais appeler le 116 117 pour bénéficier de conseils sur la conduite à tenir.

 
Recueilli par Claire HAUBRY.    Ouest-France  

Retrouvez d'autres actus sur les communes de :

  • merci d'indiquer un nom de film
    merci d'indiquer un titre'
    • Choisir un resto :
    merci d'indiquer un nom de restaurant

    merci de saisir l'adresse du restaurant
    merci de saisir la ville du restaurant

    • Choisir un bar :
    merci d'indiquer un nom de bar

    merci de saisir l'adresse du bar
    merci de saisir la ville du bar

    merci d'indiquer un titre à votre avis
  •  
  • merci d'indiquer un contenu à votre avis
    merci de saisir une note
    L'accueil / la qualité du service
    merci d'indiquer une note pour l'accueil

    L'ambiance / le décor

    merci d'indiquer une note pour l'ambiance

    Le rapport qualité / prix

    merci d'indiquer une note pour le prix
  • Vos données personnelles font l’objet d’un traitement informatique par la société Additi Multimedia, sur le fondement de l'exécution d'un contrat et sont utilisées notamment pour prendre en compte, modérer et répondre à vos commentaires sur les contenus mis en ligne sur le site. Elles seront conservées conformément à notre politique de données personnelles, sauf dispositions légales particulières. Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’opposition, de limitation et de portabilité, en vous adressant directement à pdp@sipa.ouest-france.fr ou par courrier à "Délégué à la Protection des Données Personnelles SIPA Additi Multimedia - ZI Rennes Sud-Est,– 10 rue du Breil – 35051 Rennes cedex 9". Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. En savoir plus
Newsletter maville

Abonnez-vous à la newsletter - Nantes

Votre e-mail, avec votre consentement, est utilisé par la société Additi Multimedia pour recevoir les newsletters sélectionnées. En savoir plus

Exprimez-vous !

Débat : La suppression du permis de conduire pour les personnes âgées, bonne ou mauvaise idée ? 230
Réagir

L'info en continu

Quiz et jeux

Retour en haut