Maville.com  par  Ouest-France
Info

Colis piégé mortel : la seconde affaire aux assises

...
photo le député priou : « je n'ai aucune haine mais il y a eu mort d'homme et, comme la famille leparoux, je souhaite que justice soit rendue. » 1

Le député Priou : « Je n'ai aucune haine mais il y a eu mort d'homme et, comme la famille Leparoux, je souhaite que justice soit rendue. »

Le député Christophe Priou, visé par la bombe qui a tué un fonctionnaire en 2000, témoigne ce soir à Versailles. Le meurtrier condamné en 2005 est accusé d'un autre assassinat.

L'affaire dans l'affaire

Cette semaine, les jurés de la cour d'assises de Versailles (Yvelines) jugent trois hommes pour assassinat : Philippe Rivet, 39 ans, Jean-Louis Ravaud, 46 ans, et Vassilios Bazos, 29 ans. Ces trois militants d'extrême droite auraient supprimé leur complice, Jean-François Hilly, 40 ans, le 10 février 2001, près de Paris. Deux mois après l'explosion du colis piégé à La Baule qui a coûté la vie, le 24 novembre 2000, à un employé intercommunal, Jean-François Leparoux.

Déjà condamné à 28 ans de réclusion

Le corps de ce complice n'a jamais été retrouvé. Le principal accusé est Philippe Rivet, résident du Pouliguen, celui qui a préparé le colis pour tuer Christophe Priou, alors député-maire du Croisic, afin de briguer son mandat. Il a été condamné pour cela à 28 ans de réclusion criminelle, en 2005.

Assassinat sans cadavre

Deux mois après l'explosion du colis, le 10 février 2001, Jean-François Hilly, militant d'extrême-droite, aurait été supprimé, selon l'aveu d'un prévenu, après une soirée arrosée au domicile des parents de Philippe Rivet, à L'Étang-la-Ville (Yvelines). La victime aurait été droguée et transportée en forêt de Marly, avant d'être abattue d'un coup de fusil à pompe tiré en pleine tête par Philippe Rivet.

Mise en scène de fuite

Le principal accusé a toujours nié son implication dans cette disparition. Selon l'accusation, les complices auraient réalisé une mise en scène pour faire croire à la famille de Jean-François Hilly que ce dernier s'était enfui, en laissant son véhicule sur le parking de l'aéroport de Roissy et en utilisant sa carte bancaire pendant les mois qui ont suivi.

Regard croisé du témoin et de l'accusé

Le député qui « pense à la famille Leparoux » et a vécu, à l'époque, huit mois très éprouvants avant l'arrestation de l'auteur du colis piégé, est convoqué par l'avocat général pour témoigner, ce soir. Il va revoir sur le banc des accusés celui qui voulait sa mort. « C'est une affaire qui me revient à l'esprit de façon quotidienne. »

Les deux affaires ont été disjointes

L'élu regrette que ces deux affaires aient été séparées, aucun des deux juges d'instruction (Saint-Nazaire et Versailles) ne s'étant désisté. Cela a empêché en 2004 les complices de Rivet de venir témoigner dans l'affaire du colis piégé et d'éclairer le procès. Le député le dira ce soir : « Pour une bonne administration de la justice, il eût été judicieux que les deux affaires soient jointes. »

 
Michel ORIOT.   Ouest-France  

  • merci d'indiquer un nom de film
    merci d'indiquer un titre'
    • Choisir un resto :
    merci d'indiquer un nom de restaurant

    merci de saisir l'adresse du restaurant
    merci de saisir la ville du restaurant

    • Choisir un bar :
    merci d'indiquer un nom de bar

    merci de saisir l'adresse du bar
    merci de saisir la ville du bar

    merci d'indiquer un titre à votre avis
  •  
  • merci d'indiquer un contenu à votre avis
    merci de saisir une note
    L'accueil / la qualité du service
    merci d'indiquer une note pour l'accueil

    L'ambiance / le décor

    merci d'indiquer une note pour l'ambiance

    Le rapport qualité / prix

    merci d'indiquer une note pour le prix
  • Vos données personnelles font l’objet d’un traitement informatique par la société Ouest-France Multimédia, sur le fondement de l'exécution d'un contrat et sont utilisées notamment pour prendre en compte, modérer et répondre à vos commentaires sur les contenus mis en ligne sur le site. Elles seront conservées conformément à notre politique de données personnelles, sauf dispositions légales particulières. Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’opposition, de limitation et de portabilité, en vous adressant directement à pdp@sipa.ouest-france.fr ou par courrier à "Délégué à la Protection des Données Personnelles SIPA Ouest-France Multimédia - ZI Rennes Sud-Est,– 10 rue du Breil – 35051 Rennes cedex 9". Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. En savoir plus
Newsletter maville

Abonnez-vous à la newsletter - Nantes

Votre e-mail, avec votre consentement, est utilisé par la société Ouest-France Multimédia pour recevoir les newsletters sélectionnées. En savoir plus

Exprimez-vous !

Faut-il boycotter la Coupe du Monde de football au Qatar ? 105
Réagir

L'info en continu

Quiz et jeux

Retour en haut